« Rock à Tergnier » est né de mon imagination, c’est une initiative personnelle… Mais je souhaite qu’il devienne le site de tous les ternois qui ont quelque chose entre les oreilles : je rêve qu’il devienne coopératif. Alors si vous avez envie de participer à son évolution, de l’enrichir en sauvegardant les temps musicaux forts de Tergnier – d’hier mais aussi d’aujourd’hui et de demain – n’hésitez pas à envoyer vos contributions à Nadine ou Sylvie.

Vous pouvez participer en envoyant articles, photos, vidéos… Mais aussi, pourquoi pas, les publier vous même.

1980… J’ai rencontré Flap aka Pierre Richard lors d’un concert de son groupe Mangora au lycée. C’est lui m’a embarquée sur la planète Tergnier où j’ai passé une floppée de week-end dans sa cave et celle des Rockin’sixteen à assister à la naissance de morceaux ;  dans la cuisine de Laurence et Carlos où se réunissaient toujours de grandes tablées ; à l’Univers ou chez l’Corse déguster mes premières bières avec Dadack et Zézette ; à dérouler des câbles en me faisant engueuler par Chico et même à coller des affiches… D’un lieu à l’autre, j’ai fini comme beaucoup par me prendre d’affection pour la passerelle emblématique de la ville…

J’en ai fait des rencontres durant mes années rock à Tergnier ! Nadine aussi discrète qu’efficace. Yann aka la grenouille, Maria-Dolorés l’atypique, Renaud Lacoche le scieur Z, Christian et Baldi de Bacchus. Plein d’autres reconnus sur les photos envoyées par les premiers contributeurs de ce site, mais dont j’ai oublié le nom… Et puis aussi Roberto Piazza aka Little Bob et Lee Brilleaux de Dr Feelgood revus lors de mes missions dans la presse radio et papier… Yvans et Danou, venus donner ce qui a du être le seul concert psychédélique de Tergnier, et qui à Paris m’ont présentés Christian Boulé.

Hervé Laithier 1987… Je me suis mariée (pour un temps) à Hervé Laithier, batteur de Gangster, rencontré à l’occasion d’une interview à la fin de la tournée Dure Limite de Téléphone, dont son groupe avait assuré les premières parties. Il a participé à l’animation de l’un des premiers stages « Musiques à toucher » – ancêtres des stages organisés plus tard par les Caves à musique – avec Christian Boulé à Saint-Valéry-sur-Somme et s’est produit avec Partners, l’un de ses groupes, en guest des Yellin Cats.

Petit à petit, je me suis éloignée de Tergnier… Mais je n’ai jamais oublié la ville rock de ma jeunesse, l’entraide et le partage qui y régnait entre musiciens, leur indéfectible attachement à la ville, ni l’humour caustique de Carlos. A distance, j’ai suivi la naissance des Caves à musique  – un projet qui murissait depuis longtemps – et leur évolution. Très souvent, j’ai eu envie d’y retourner…

Au cours de l’été 2004 Flap, mon ami de longue date, est accidentellement décédé… Dadack est parti sur la pointe des pieds en mars 2014… La vie fait qu’on remet trop souvent au lendemain ce qu’on ferait mieux de faire quand on en a envie.

2016… Alors j’ai fini par retourner voir les vieux copains. Et je les ai retrouvés fidèles à eux mêmes. Entiers, impliqués, accueillants.

On a évoqué les vieux souvenirs… Et pour qu’ils ne s’effacent jamais, pour le 30e anniversaire des Caves à musique, j’ai eu envie de les partager avec tout ceux qui ont Tergnier, son rock et sa passerelle dans le cœur. Et peut-être assisterai-je à quelques étapes de ce qui demain sera l’histoire de la Musique, de toutes les musiques, à Tergnier. Avec vous ?

Rock à Tergnier

1984, avec Johnny Thunders, au temps des radios libres…